Sélectionner une page

De retour au Burkina depuis une semaine.

Météo au Burkina

Il fait encore chaud ici mais le jour de mon arrivée à Bobo Dioulasso il a commencé à pleuvoir. L’humidité est devenue très élevée, mais la température s’est un peu refroidie.

Les pluies arrivent avec beaucoup de vent. Les toits s’envolent et de nombreux arbres tombent. L’arbre du voyageur dans notre cour a eu du mal, mais certains arbres aux racines superficielles ont plus de problèmes.

Avant et après le grand vent

Arbres le long de la route

Des vents aussi forts sont inhabituels. Cela fait-il partie du changement climatique ?

Situation au Burkina Faso

Dans mes précédents blogs, j’évoquais 2 problèmes majeurs auxquels les auteurs du « coup d’État » devraient s’attaquer : la sécurité et les prix des biens.

Malheureusement, rien n’a changé sur les deux questions.

La sécurité reste un problème majeur dans une grande partie du pays. Presque tous les jours, vous entendez parler d’attaques contre des militaires ou des civils.

Sur les prix des biens rien n’est fait non plus. Le prix de l’essence a augmenté de 18 % à la mi-mai. Les Burkinabè mangent beaucoup de pain. Le blé est importé et subventionné par le gouvernement. Son prix a beaucoup augmenté en raison de la guerre d’Ukraine. Les boulangers voulaient augmenter le prix de la « baguette » de 150 (0,23 euro) à 200 FCFA (0,30 euro). Cette augmentation a été annoncée sur les réseaux sociaux pour être immédiatement démentie par le gouvernement.

Les boulangeries ont dit qu’elles fermeraient, mais la plus grande chaîne de boulangeries Wend Konta ne l’a pas fait…..

Les gens n’ont pas beaucoup d’espoir dans la façon dont le pays est géré.

C’est la « période de soudure » et les gens ont des difficultés à se nourrir pour au moins un repas par jour. Ceci est vrai aussi bien en ville qu’à la campagne.

Fin de l’année scolaire

Les dates des examens nationaux de cette année ont été fixées assez tôt. Tous les cours magistraux dans les écoles primaires et secondaires se sont arrêtés en mai et les examens débuteront le 6 juin. Comme les problèmes commencent souvent avec les élèves, le gouvernement souhaite qu’ils soient de retour dans leurs familles le plus tôt possible et non regroupés dans des écoles.

APPA soutient 6 écoles maternelles dans les villages ruraux. Dans chacune de ces écoles, il y a aussi une cérémonie de clôture. C’est un moment où les parents peuvent venir voir ce que leur enfant a appris pendant l’année scolaire.

Enfants de l’école maternelle de Nefrelaye

Nouvelles du LAP

Au LAP, les cours ont également cessé. Les étudiants en année d’examen révisent leurs sujets et les autres commencent à nettoyer les 10 hectares de champs que nous prévoyions d’ensemencer cette année.

Les étudiants de la 7 ème année ont commencé avec les préparation pour passer leur permis de conduire. Tous les étudiants ont eu la partie théorique de l’examen. Maintenant, ils doivent se préparer pour la partie conduite.

Les étudiants de la 6ème année devaient présenter un rapport sur le stage effectué lors des vacances précédentes. La note de ce rapport fait partie de leur examen national appelé BEP Agricole.

L’eau au LAP :

Nous avons 4 puits d’eau au LAP. Deux d’entre eux remplissent 2 châteaux d’eau (12- et 20m³). La pompe de fond de l’un de ces puits est alimentée par l’énergie solaire, l’autre par le générateur. Ces châteaux d’eau doivent avoir assez d’eau pour tous les besoins des (320) habitants du LAP.

Un troisième puits vient d’être équipé d’une poly cuve de 5m³, la pompe est alimentée par des panneaux solaires. Le quatrième puits est équipé d’une pompe manuelle.

Ce réservoir d’eau est dédié aux jardins et aux animaux (cochons, poules, vaches).

Le volume d’eau dans ce réservoir est suffisant pour ces activités. Cela nous laisse 32m³ pour les personnes. C’est 32.000/320= 100 litres par jour / personne. Cela devrait suffire. Lorsque le soleil brille (la plupart du temps au Burkina), les deux châteaux d’eau se remplissent sans problème grâce à l’énergie solaire.

Ma question était pourquoi démarrons-nous toujours le générateur la nuit puisque tous les bâtiments ont de l’énergie solaire et puisque nous n’avons pas besoin de pomper de l’eau avec l’électricité provenant du générateur ? Je pense avoir trouvé la réponse lors de mon dernier voyage.

Dans deux des maisons des enseignants, il y a des réfrigérateurs fonctionnant sur 220V. Les enseignants les utilisent principalement pour avoir de l’eau fraîche. Si le générateur ne démarre pas, pas d’eau fraiche !! Pendant que nous étions en train de déjeuner, les professeurs se plaignaient de ne pas avoir en avoir…. Ce n’était que depuis une semaine que nous avions interdit de démarrer le groupe électrogène la nuit…..

Ce problème sera résolu sous peu puisque nous construisons un foyer des professeurs où il y aura un frigo alimenté par l’énergie solaire.

Le foyer des professeurs en cours d’achèvement financé par la Fondation van Kesteren.

Nous construisons également une maison d’enseignants supplémentaire financée également par la Fondation van Kesteren.

Les dictons de la semaine

« La corruption est payée par les pauvres. » – Pape François

« La corruption de tout gouvernement commence presque toujours par celle des principes. » – Charles de Montesquieu

Quelques commentaires supplémentaires :

En regardant l’actualité du Burkina, vous vous demandez peut-être ce qu’on fait toujours par ici ??? Premièrement, nous n’avons ressenti  aucun danger pour notre personne dans la région où nous voyageons. Deuxièmement, il y a encore des gens au Burkina qui ont besoin d’aide (à cause des problèmes, peut-être plus maintenant qu’il y a 25 ans). Troisièmement, nous pouvons toujours mettre en œuvre nos projets comme nous l’avons toujours fait (transparence, responsabilité, pas de corruption) et enfin, les Burkinabés sont des gens gentils et fiers.

Passez une bonne semaine,

Hervé

Restez au courant de nos développements!