Nous sommes de retour aux Pays-Bas depuis hier, accueillis par une pluie froide. Pour le fer, pour le durcir, il est d’abord chauffé puis plongé dans de l’eau froide. Pour les gens, passer de 37oC à 4oC pluvieux ne vous rend pas plus fort.

Marre aux hippopotames

Marketing 101

Nous développons un projet de boulangerie en campagne. L’idée était d’utiliser un maximum de céréales produites localement (mil ou maïs). Moins de denrées importés, comme le blé, est meilleur pour le pays et les agriculteurs. Nous avons donc commencé à faire du pain avec de la farine de mil ou de maïs, très nutritif. Même si c’était du bon pain, les ruraux voulaient avoir ce que les citadins ont: du pain à la farine de blé.

Au début de ce voyage, il m’a fallu quelques semaines pour comprendre que si nous voulons que la boulangerie soit une réussite, nous devons produire le pain «de ville». Avant cela, j’étais convaincu que nous pouvions convaincre les gens d’avoir un meilleur pain.

Évidemment, mon impression que nous pouvions changer leur mentalité sans difficulté était fausse. Faisons d’abord en sorte que la boulangerie soit rentable et ensuite, nous pourrons en faire des essais.

Odile parlant aux boulangers. Au fond des femmes travaillant au projet soumbala

Pendant notre discussion, un serpent a voulu participer.

Des étudiantes qui attendent dans l’ombre d’un arbre

Responsabilisation

Début septembre, j’ai réalisé que nous consommions depuis début juillet 50% de plus de carburant que la normale pour notre groupe électrogène du LAP. Cela n’avait aucun sens puisque nous avions converti plusieurs maisons à l’énergie solaire et que c’était aussi pendant les mois avec très peu d’élèves à l’école.

Notre directeur (qui passe la commande) et notre comptable (qui enregistre les comptes) n’ont pas remarqué que nous avions commandé 800 litres par mois au lieu de toutes les 6 semaines. Personne ne pouvait me donner une explication. Pour moi, la seule explication était que quelqu’un volait notre carburant. Cela a été confirmé en octobre lorsqu’un de nos employés a presque attrapé quelqu’un alors qu’il remplissait un récipient en plastique.

Cette personne connaissait très bien les habitudes du LAP, car il le faisait vers 18 heures, heure à laquelle tous les étudiants et le personnel se trouvent dans leur quartier et avant l’arrivée des gardes à 18 h 30. Nous estimons que 1 200 litres de carburant ont été volés en 4 mois.

Nous savons que c’est quelqu’un de l’un des 3 villages voisins du LAP. Nous savons aussi que certaines personnes savent de qui il s’agit. Nous avons rencontré des délégués des villages et leur avons demandé de mener une enquête et de nous revenir avec des informations. Nous leur avons dit que nous voulions seulement récupérer notre argent. Dans les villages, les gens ne peuvent pas dénoncer les autres à cause des représailles possibles des autres villageois. Je doute que nous ayons des informations.

Notre prochaine étape consistera à déposer une plainte officielle auprès de la police locale. S’ils décident de prendre l’affaire, nous pourrions voir des résultats.

Nous avons placé une lumière avec détecteur de mouvement sur le réservoir de carburant et nous allons également clôturer la zone. Espérons que cette aventure rendra notre personnel local plus attentif aux transactions financières. En tout cas, ils savent que nous ne pouvons pas accepter cela une autre fois.

Nature

Proverbes de la semaine

On a beau dissimuler ses excréments au fond de l’eau, ils remontent toujours à la surface.

Si un animal vous dit qu’il peut parler, il ment probablement

Prochain blog en février 2020.

Je vous souhaite de passer un bon hiver..

Hervé

 

Restez au courant de nos développements!