Le cercle vicieux des cultivateurs de coton

J’ai déjà beaucoup écrit sur le coton dans les blogs précédents, mais je dois encore écrire sur ce sujet pour laisser échapper ma frustration.

Le coton est la principale culture de rente pour les agriculteurs d’ici avec la possibilité d’obtenir des intrants à crédit (semences, engrais, produits de traitement) de la compagnie cotonnière. Les agriculteurs sont obligés de vendre leur production à cette entreprise. Les prix des intrants sont fixés par la société cotonnière et le prix d’achat du coton est également fixé par la même société.

Tout cela rend les agriculteurs esclaves de cette entreprise et les rend paresseux: des intrants leurs parviennent et ils ne sont pas obligés de chercher un acheteur pour leur production. C’est la principale raison pour laquelle les agriculteurs ne s’intéressent pas aux autres cultures de rente: cacahuètes, sésame, haricots.

Très souvent, les intrants sont de qualité médiocre, ce qui entraîne des rendements médiocres. De plus, les agriculteurs utilisent une partie de l’engrais pour d’autres cultures ou en vendent contre de l’argent, ce qui entraîne un rendement encore plus bas. Nous connaissons des agriculteurs vendant l’engrais qu’ils ont obtenu a crédit pour la moitié de leur valeur réelle. La société cotonnière organise les producteurs en groupe, le crédit donné et repris au niveau du groupe. Il arrive souvent que les agriculteurs qui attendent de l’argent pour leur récolte ne reçoivent rien car certains autres agriculteurs du groupe n’ont pas bien réussi. Cela peut créer beaucoup de tension entre les agriculteurs. Chaque année, cela s’aggrave, surtout si les pluies ne tombent pas comme prévu.

Ma frustration est que cela fait 20 ans que nous discutons, expliquons, démontrons aux agriculteurs qu’ils s’enfonce chaque année s’ils continuent à cultiver le coton mais ils le font toujours.

La façon dont cela est fait aujourd’hui, le coton appauvrit le sol et les agriculteurs. J’espère que les étudiants que nous avons au LAP seront capables de réussir là où nous avons échoué.

Gris-gris

Certains agriculteurs ont des arbres fruitiers le long des routes. Pour que les passants ne ramassent pas les fruits, le propriétaire met des amulettes. Celles-ci sont censées être dangereuses pour les personnes qui récoltent les fruits.

Citations de la semaine de Victor Hugo

La véritable indulgence consiste à comprendre et à pardonner les erreurs qu’on ne pourrait pas commettre.

Enfer chrétien, feu. Enfer païen, feu. Enfer mahométan, feu. Enfer hindou, flammes. Selon les religions, Dieu est né rôtisseur.

Prenez soin de vous,

Hervé

 

Restez au courant de nos développements!