Encore 2 semaines au Burkina avant de retourner aux Pays-Bas où je passerai tout le mois de juillet.

Microcrédit pour les femmes

les femmes du village

Cette semaine, nous avons effectué deux visites dans des villages pour vérifier la liste de femmes pour le microcrédit. C’est un travail plutôt dur avec la chaleur, les femmes n’écoutant pas et le retard dans la mise en route.

De nombreux villageois n’ont pas de montres (la situation s’améliore avec le développement du téléphone mobile). Même si vous prenez rendez-vous pour 9h00, ils ne savent pas vraiment quand il est 9h00. Ils attendent donc que nous arrivions au village pour commencer à se rassembler. Puisque le temps n’est pas un problème pour eux, nous devons attendre patiemment.

Dans le village de Kofila, nous avons dû vérifier plus de 450 femmes… Nous sommes revenus complètement morts.

Dans le village de Kofila, nous avons dû vérifier plus de 450 femmes… Nous sommes revenus complètement morts

Écoles maternelles

Nous avons 5 écoles maternelles et une nouvelle école sera ouverte en octobre 2019. Les enfants ont 5 ans et l’école dure un an. C’est vraiment un très bon projet et les parents sont émerveillés de voir ce que les jeunes enfants peuvent apprendre. Pour eux, des jeunes enfants ne sont pas encore capable d’apprendre…

C’est la période de fermeture des écoles pour les vacances. La cérémonie de clôture est toujours longue mais les villageois en profitent beaucoup. Nous sommes allés aujourd’hui à l’école de Fina qui compte 64 élèves (34 filles et 30 garçons).

l’école de Fina qui compte 64 élèves (34 filles et 30 garçons)

La cérémonie de clôture

Cantine scolaire

Dans les 12 villages où nous sommes actifs, 3 700 enfants sont scolarisés dans le primaire. Nous essayons de fournir des denrées pour leur déjeuner: riz, huile et sel. Les parents doivent fournir 3,5 kg de haricots pour les protéines par enfant et par an. Le coût par enfant et par an est de 20 euros.

Dans le village de Bona, nous allons tester un moyen de pouvoir fournir 4 fois plus de protéines de manière durable

Discussion sur le projet avec l’association de parents d’élèves et les enseignants de Bona

L’idée est d’impliquer les enfants à l’école en leur donnant à chacun 1 kg de bonnes semences de haricots. Ils devront les cultiver avec l’aide de leurs parents. Nous ne parlons que d’une surface de 25 x 25 m. La récolte devrait être d’au moins 45 kg de haricots. Cette récolte est divisée en 2 parties: une partie pour l’école de 25 kg et 20 kg pour la famille.

Les 25 kg pour l’école sont également divisés en 2: 15 kg pour la cantine des enfants et 10 kg seront vendus pour avoir l’argent nécessaire pour acheter de nouvelles semences pour l’année suivante. Après l’investissement initial, le programme devrait s’autofinancer.

Nous pensons que cela peut marcher car les enfants travaillent pour avoir plus de nourriture pour eux-mêmes et qu’ils peuvent aussi apporter quelque chose à la famille.

L’investissement initial pour les semences est de 4 euros par enfant pour une augmentation de 5 à 20 grammes de protéines par journée d’école.

les enfants du village

Citations de la semaine

Pour chaque minute que vous êtes en colère, vous perdez soixante secondes de bonheur.

Ralph Waldo Emerson

Le bonheur, c’est quand ce que vous pensez, ce que vous dites et ce que vous faites sont en harmonie.

Mahatma Gandhi

 Bonne semaine,

Hervé

Restez au courant de nos développements!