Pas de nouvelles importantes du Burkina la semaine dernière. Le confinement a été interrompu avec obligation de porter un masque et de respecter l’éloignement dans l’espace public.

La semaine prochaine, c’est la fin du Ramadan, les musulmans du Burkina pourront célébrer l’Aïd el-Fitr presque normalement.

Message de Pamoussa Sawadogo directeur du LAP

« A partir du 9 mars 2020, date à laquelle la maladie a été déclarée au Burkina, et du fait de son mode et de sa vitesse de propagation, nous étions tous inquiets de ce qui pourrait arriver. Hélas, ces inquiétudes ont prouvé vrai. Une semaine plus tard, le gouvernement a annoncé la fermeture de toutes les écoles du territoire national.

Cette maladie a et aura de nombreux impacts.

D’un point de vue éducatif, nous avons vécu cela comme une bombe puisque, une semaine après la fermeture des écoles, nous étions censés remettre les rapports du deuxième trimestre. Nous avons donc utilisé les notes moyennes tout au long du deuxième trimestre des étudiants et nous avons dû envoyer leurs bulletins dans leurs villages respectifs.

Ensuite, il faut noter que même si l’école rouvre, il sera difficile avec le temps qui reste de compenser la perte de volumes horaires, de contrôles, de pratiques, etc.

En plus de tout cela, il y a un fort risque que les classes intermédiaires (classes sans examen) ne reprennent pas cette année. Le programme d’enseignement manquant devra être donné au début de la nouvelle année scolaire.

Enfin, et c’est très important à prendre en compte, l’absence prolongée des élèves en classe peut diminuer, si on n’y fait pas attention, leur motivation au travail, donc peut-être avoir un impact sur les résultats à l’examen.

Sur le plan personnel et en raison de l’enfermement, je n’ai pas revu ma famille depuis fin février. Nous avons des appels et des SMS quotidiens avec une anxiété toujours palpable car nous ne savons pas à l’avance quelle est la situation à l’autre bout.

Sur le plan professionnel, l’impact a entraîné un stress quotidien et permanent en raison

l’évolution de la maladie. En effet, ce stress est dû à la crainte d’un éventuel chômage qui

plane sur chaque travailleur. »

Les élèves ne peuvent pas venir au LAP, les enseignants vont vers les élèves dans leurs villages

Afin de garder les étudiants motivés, nous avons décidé de faire visiter chaque village d’où viennent les étudiants, par les  professeurs et de donner des cours dans leur matière pour les élèves de 3eme et de BEP 2 (années d’examen).

Chaque professeur visitera chaque village au moins une fois  jusqu’au début juin.

Les professeurs viennent avec du savon et des masques pour les élèves.

Citations de la semaine

« Si vous souhaitez vivre longtemps, vous devez être prêt à devenir vieux. » George Lawton

« Ne souhaite pas être autre chose que ce que tu es, et d’être parfaitement cela. » St. Francis De Sales

Prenez soin de vous,

Hervé

Restez au courant de nos développements!