Sélectionner une page

Récolte des tomates au LAP

Mon dernier blog remonte à début juillet, il y a 3 mois. Même si c’était la saison des pluies au Burkina pendant ces 3 mois, les projets continuent. Il est temps de donner quelques nouvelles.

Situation au Burkina Faso

D’abord le côté positif des nouvelles. La saison des pluies est bonne cette année. Il y a eu de très fortes pluies à certains moments, rendant la communication entre les villages et les villes difficile, mais dans l’ensemble une quantité décente de pluie. Les récoltes devraient être bonnes ce qui soulagera de nombreuses familles.

Les prix des biens sont encore très élevés. Par exemple, le prix de l’essence a augmenté de plus de 20% sur une période de 3 mois, le prix de l’huile alimentaire a également augmenté de plus de 30 % en 2022. Les salaires étant au même niveau depuis plus de 3 ans, le pouvoir d’achat des familles a diminué drastiquement.

Côté politique, vous avez vu qu’un nouveau militaire a poussé celui qui avait fait un putsch en janvier. Après quelques jours de confusion qui auraient pu amener 2 groupes militaires à s’affronter, le nouveau putschiste a finalement pris le relais sans aucun combat.

La principale raison de cette nouvelle rébellion putschiste était l’absence de résultats contre les terroristes. Juste avant le coup d’état 25 militaires y avaient perdu la vie dans une embuscade de terroristes. Ibrahim Traoré, le nouveau leader, dénonce la gentrification des hauts gradés militaires.

Voyons ce qu’il est capable de faire dans une situation où se mêlent terroristes, djihadistes, conflits ethniques et surtout cupidité.

Jusqu’à présent, il n’y a pas d’impact au Burkina de la situation politique / sécuritaire sur nos projets. Cela a cependant un impact sur mon programme de voyage au Burkina.

Espérons que nos activités de collecte de fonds ne seront pas affectées par les nouvelles dans les médias.

Quoi de neuf au LAP

En juillet, la construction du réfectoire des enseignants a été achevée ainsi qu’une nouvelle maison pour les enseignants.

Ce réfectoire est équipé d’un réfrigérateur et d’une télévision. Il est géré par les enseignants qui paient 23 euros par mois pour avoir un repas à midi, payer la cuisinière et payer un abonnement au programme de télé.

Cela devrait améliorer les conditions de vie du personnel permanent du LAP.

Extérieur et intérieur du réfectoire. Ceci est financé par la Fondation van Kesteren.

Le 19 septembre la nouvelle année scolaire a débuté avec 305 élèves, 147 filles et 158 ​​garçons. C’est la première fois depuis 2017 que nous avons plus de garçons que de filles. Il y a 55 nouveaux élèves, 27 garçons et 28 filles. Au cours des 2 premières semaines, les activités ont été réparties entre des cours de remise à niveau en français et mathématiques, la récolte de certaines cultures et la découverte des autres a travers des jeux.

Les étudiants de première année

Récolte des haricots

Récolte des lentilles

Nous avons vu la naissance de de nos premiers 2 veaux. La 3ème vache est également attendue pour vêler très bientôt.

Quoi de neuf dans les villages ?

Une majorité de nos projets économiques s’adressent aux femmes.

Avec les femmes de Sipigui et 2 hommes de Nefrelaye nous avons démarré un projet test pour le gingembre. Nous fournissons aux participants des semences et du compost à crédit. Au moment de la récolte en janvier APPA achètera le gingembre aux femmes et elles rembourseront leur crédit en même temps.

Le gingembre sera ensuite transformé par APPA et vendu localement jusqu’à ce que le volume devienne suffisamment important pour intéresser les clients à l’exportation.

Photo prise en août de la culture du gingembre

Un autre projet avec les femmes de Sipigui, Fon et Sissa concerne la culture de l’arachide. Pour ce projet, de bonnes graines d’arachides et du compost sont fournis à crédit. Les femmes vendront ensuite leurs cacahuètes à APPA et rembourseront leur crédit. La majeure partie de la production sera achetée par le LAP qui en a besoin pour le menu des élèves.

Haoua exhibant fièrement le champ des cacahuètes de l’association féminine.

Ce champ a été clôturé et sera utilisé pour un projet de jardinage financé par « Electriciens sans Frontières » plus tard cette année.

Toujours pour les femmes de Sipigui, nous mettons en place un projet de mécanisation de la production de beurre de karité. Les femmes produiront le beurre avec beaucoup moins de travail et beaucoup plus rapidement.

L’enjeu sera de faire utiliser les machines électriques par les femmes et de coordonner leur utilisation entre les femmes de l’association.

Le beurre est acheté par APPA qui l’utilisera dans sa fabrication de savon.

Des femmes de Sipigui vérifient une partie du matériel à Bobo

Le barattage mécanisé diminuera le temps par 4 et le barattage sera fait par la machine au lieu d’être fait à la main par les femmes.

Pour notre 25e anniversaire, nous avons réalisé des vidéos pour donner une idée de ce que nous avons réalisé pendant ces 25 années. Voici le lien pour le premier, donnant des informations générales.

Dicton de ce blog

« La seule chose qui ne va pas dans le fait d’essayer de plaire à tout le monde, c’est qu’il y a toujours au moins une personne qui restera malheureuse, vous-même. » – Elisabeth Parker

J’espère que vous allez tous bien, jusqu’à la prochaine fois.

Hervé

Restez au courant de nos développements!